1. Accueil
  2.  / 
  3. Blog
  4.  / 
  5. L’art floral : une autre exception française
logo blog
16.06.21

L’art floral : une autre exception française

On parle souvent de la France pour la richesse de ses arts et de sa culture. Des merveilles architecturales aux bijoux littéraires, de ses œuvres d’art à ses coquetteries gastronomiques, le patrimoine français a toujours lié l’inspiration artistique à un savoir-faire artisanal reconnu. L’art floral ne fait pas exception, et la France est sans doute aujourd’hui avec le Japon l’un des grands pays de l’arrangement floral. Cette semaine, la rédaction de Sessile vous en dit plus sur cette exception française insoupçonnée.

Crédit photo : Bastien Réau ; prise de vue chez Vertical Fleuriste

S’il est un domaine où la France excelle sans pour autant en tirer tous les lauriers qu’elle mérite, c’est bien l’art de la composition florale. Lié à la mode et aux beaux-arts, la culture de la composition florale a presque toujours fait partie du paysage artisanal français. 

L’arrangement floral date de l’antiquité, et plus précisément de l’Egypte antique, en particulier pour souligner l’aspect sacré d’une cérémonie et rendre hommage aux dieux. Les décorations florales étaient alors spécifiquement réalisées pour orner tombeaux et sépultures, sublimer les mariages. Cette tradition s’est ensuite perpétuée en Europe dans les mondes grecs et romains pour glorifier les athlètes et les héros. 

Une histoire française de l’art floral

En France, on retrouve des bribes d’art floral chez les gaulois, dont on dit qu’ils utilisaient les fleurs pour orner leurs casques et parer les tables de leurs festins. Cette tradition s’est peu à peu ancrée dans le paysage culturel français, notamment au Moyen-Âge, avec la naissance de la profession de bouquetière-chapelière, l’ancêtre du fleuriste actuel, réservée aux femmes et qui comprenait la réalisation d’un chef-d’œuvre comme toutes les professions artisanales de l’époque.

C’est au XIXe siècle que l’art floral français commence à prendre forme avec la demande grandissante pour la décoration florale, qui a entraîné le développement de culture des fleurs les plus populaires comme la violette, le réséda et l’hortensia.

La naissance de l’art floral

La toute première boutique de fleuriste dans sa forme moderne ouvre en 1830 à Paris par Madame Prévost, sur la place du Palais Royal. C’est elle qui la première donne sa forme actuelle au bouquet, moins fourni mais mieux agencé, et impulse la tradition florale. C’est ensuite le fleuriste Lachaume qui synthétise les innovations de l’époque dans son premier traité d’art floral, qui inspire nombre de ses contemporains. Enfin, en 1880 est fondée la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), à l’origine un club d’échange sur les techniques de culture, qui devient rapidement le garant du savoir-faire français en matière de composition florale.

Puis, au long du XXe siècle, la pratique de l’art floral français s’est enrichi de ses influences extérieures, notamment par la découverte de l’art floral japonais, l’ikebana, une tradition qui remonte au Moyen-Âge et qui s’est codifiée au XVIe siècle.

Les fleuristes français dominent les compétitions internationales 

Aujourd’hui encore, l’art floral fait partie intégrante du patrimoine culturel français et ne cesse de repousser les limites de la création tout en préservant les traditions. En 1976, la SNHF assure des formations pour perpétuer la composition florale à la Française. Pour entretenir les talents, de nombreuses compétitions nationales sont organisées.

Pour détecter les meilleurs talents régionaux en matière de composition florale, les chambres syndicales régionales organisent chaque année des concours. Au programme : des épreuves imposées pour illustrer sa capacité à travailler les végétaux tout en exprimant son sens artistique.  Et cerise sur le gâteau, les meilleurs éléments auront l’opportunité de représenter la région à la Coupe de France des fleuristes. 

Et afin de récompenser l’excellence professionnelle et faire découvrir un savoir-faire trop souvent méconnu du grand public, la Fédération française des artisans fleuristes organise chaque année la Coupe de France des artisans fleuristes. Ayant à travailler sur un thème imposé, les participants doivent participer à 7 épreuves, devant un jury composé par leurs pairs.

Après la France, le monde, bien entendu. Trophée extrêmement prestigieux, la Coupe du Monde accueille des fleuristes des quatre coins du globe dans une explosion de cultures et de traditions florales. La France y est souvent très bien représentée, elle qui entretient depuis des générations un art floral particulier qu’elle a su préserver et affiner. 

Préserver l’exception florale française

Aujourd’hui, ces artistes de la fleur ne sont pas inaccessibles : ils sont en bas de chez vous ! Car c’est bien chez le fleuriste de votre quartier que continue à vivre cette exception culturelle française. Bien plus que de simples assemblages de fleurs et de feuillages, les artisans fleuristes de France offrent des invitations au voyage végétal.

Chez Sessile, notre objectif est de contribuer modestement à la préservation de cette exception culturelle française en référençant les artisans fleuristes les plus passionnés de France, et de mettre leur savoir-faire en avant. Si vous souhaitez contribuer à la préservation, n’hésitez pas à franchir les portes de votre artisan fleuriste de quartier ou de commander sur leurs boutiques Sessile !

Cet article vous a plu ? Est-ce que nous vous avons convaincus d’acheter chez votre artisan fleuriste ? Dites-nous tout !