Publié le

Après deux mois d’arrêt, la reprise des artisans fleuristes 

Après près de deux mois de confinement et au terme d’une attente interminable, les fleuristes sont enfin autorisés à ouvrir dans le cadre du déconfinement ! Espoirs, appréhensions et gestes barrières, le collectif Sessile a interrogé Acanthus à Bègles, BO Design Floral à Paris et Gilles Sonnet à Dijon pour recueillir leurs impressions à la veille de cette échéance très attendue. 

Cette “rentrée” a un goût particulier pour les fleuristes : confinés comme le reste de la population, cela fait maintenant près de deux mois qu’ils n’ont pas pu accueillir de clients dans leurs boutiques. Rentrée d’autant plus étrange qu’ils n’ont pas reçu de directives autres que les consignes sanitaires du gouvernement : “Nous sommes un peu dans l’inconnu parce que nous n’avons pas reçu de consignes précises pour notre réouverture, alors on s’organise un peu comme on peut en tenant compte des recommandations du gouvernement sur les gestes barrières” explique Fabrice, fleuriste et fondateur d’Acanthus à Bègles. “Mais je fais confiance à chacun pour se montrer raisonnable !”.  

Pour Olivier, fondateur de l’atelier BO Design Floral dans le 20e arrondissement de Paris, cette réouverture n’est qu’une première étape. “Personnellement, j’ai continué à livrer mes créations en région parisienne pendant le confinement. Le souci, c’est que beaucoup de mes clients professionnels n’ont pas encore rouvert, notamment dans le secteur hôtelier ; et n’oublions pas que les gens vont continuer à télétravailler pendant quelques semaines”. 

Un joli bouquet de 100 roses réalisé par Gilles Sonnet à l’occasion d’un anniversaire

Prendre toutes les précautions en boutique pour éviter la transmission

Malgré la réouverture, les fleuristes se veulent néanmoins prudents quant aux risques de transmission, et prennent toutes les précautions pour garantir la sécurité de leurs clients. “Pour ma part, je vais bien évidemment limiter le nombre de clients en boutique et instaurer un sens de circulation pour éviter au maximum tout contact entre les clients entre eux” explique Fabrice d’Acanthus à Bègles. “Bien entendu, je porterais un masque, je me laverai régulièrement les mains entre chaque commande. Mon stock de gel est prêt !” sourit-il.

Pas question de transiger sur la sécurité des clients et du personnel à Dijon non plus. Mais pour les grosses équipes comme celle de Gilles Sonnet, c’est toute une logistique à mettre en oeuvre. “Aujourd’hui, il est impossible pour tous mes salariés de travailler en même temps : nous avons donc instauré deux équipes de 4 en rotation pour accueillir les clients”. Avec une telle obligation, les horaires d’ouverture ont été prolongés, et la boutique sera désormais ouverte le lundi. 

Un bouquet tendance composé de pivoines red charm réalisé par BO Design Floral

Prendre les commandes à distance pour éviter l’attroupement en magasin

En plus de la limitation des clients en magasin, les fleuristes ont aussi fait le pari de la prise de commande à distance, à téléphone ou via leur boutique Sessile. “Dans un premier temps, cela peut grandement nous aider si les gens commandant en avance par téléphone ou sur notre boutique en ligne” confie Fabrice. “Cela nous permet de répondre à leurs demandes tout en évitant l’affluence en magasin”. En plus du gel et des masques, la boutique a également prévu des panneaux de plexiglas pour limiter les contacts.

Il est possible que les gens attendent devant le magasin ; j’ai d’ailleurs mis de petites affiches en vitrine pour prévenir les clients qu’il faudra se montrer patient” abonde Gilles Sonnet. “Pour les clients qui ne souhaitent pas attendre, il est préférable de commander par téléphone ou sur notre boutique en ligne”.

Le confinement a aussi été l’occasion de prendre de nouveaux réflexes. “Pour moi, c’est simple : Sessile m’a permis de créer une nouvelle activité en me permettant de vendre mes produits en ligne” glisse Olivier. “Même si ça a été rude, le confinement a peut-être agi comme un choc qui m’a permis de développer une activité de livraison et de drive”.

Fabrice d’Acanthus se tient prêt à vous recevoir en boutique !

Pendant le confinement, un soutien des clients fidèles

Lueur d’espoir durant le confinement, qui rend plus simple l’idée de reprise, c’est le soutien quotidien reçu par les fleuristes de la part de leur clientèle habituelle. “Je n’ai aucun doute sur le fait que les clients seront au rendez-vous mardi, ils l’étaient déjà pendant toute la durée du confinement. J’ai reçu beaucoup de soutien sur les réseaux sociaux, et un énorme engouement autour de la boutique”, se rappelle Fabrice d’Acanthus. Pour Gilles Sonnet, commander des fleurs pendant le confinement était vital : “Nous avions besoin de nous dire les uns aux autres que nous nous aimions et de manifester une certaine joie de vivre”. 

Même son de cloche du côté d’Olivier de BO Design Floral : “Grâce à ma boutique en ligne, j’ai vraiment pu continuer mon activité alors que mon atelier était fermé. Et j’ai eu la chance de recevoir de nombreuses commandes de clients réguliers qui ne m’ont pas oublié, ça fait chaud au coeur !”. 

L’équipe de Sessile souhaite bon courage à Fabrice, Olivier et Gilles, et à tous les fleuristes de France pour leur reprise !

Si vous souhaitez en savoir plus sur Sessile, vous pouvez nous contacter par mail au lien suivant, ou par téléphone au 06 09 17 56 35.

Si vous souhaitez vous rendre en boutique pour acheter des fleurs auprès de votre artisan fleuriste, nous vous conseillons :

  • De commander à distance avant d’aller retirer votre bouquet (par téléphone ou sur notre site) pour permettre à votre fleuriste de s’organiser ;
  • De vous munir d’un masque ;
  • De bien respecter la distance de sécurité d’un mètre si vous êtes dans une file d’attente ;
  • De bien vous laver les mains une fois rentrés chez vous.